Quinze ans  : les noces de cristal de BWd12

Quinze ans d’âge. Faut-il vraiment marquer un tel anniversaire d’un geste particulier alors que la tradition ne l’impose pas vraiment ? Alors les 15 ans de BWd12, on n’en parle pas, on ne manifeste aucun intérêt ? Si, bien sûr. Parce que ces noces de cristal entre les musiciens et le public jalonnent un parcours d’excellence. Les habitués du festival se pencheront sur les années écoulées et ne reconnaîtront pas tout-à-fait leurs conjoints du début. Certes, ils retrouveront la plupart des douze artistes fondateurs, mais accompagnés de nouveaux venus dont le nombre perturbe l’équation d’origine puisqu’ils atteindront l’effectif de dix-neuf interprètes cette année. Mais en ce qui concerne les spectateurs, comment ne pas faire la différence entre le public clairsemé des toutes premières années et la foule qui aujourd’hui occupe tous les gradins de l’amphithéâtre ? Il est loin le temps où les auditeurs n’avaient pas besoin d’arriver trop tôt pour trouver une place dans le théâtre de verdure de Saint-Victor. Encore fallait-il s’assurer que le concert de la soirée avait bien lieu dans ce village du bord de Loire et non à Sainte-Croix-en-Jarez ou encore ailleurs dans le département de la Loire. 

 

 

 

 

A cette époque, on ne devait pas oublier d’apporter avec soi un petit coussin pour amortir la rugosité et la fraîcheur du ciment. Confort rudimentaire que les sons harmonieux des instrumentistes tentaient de tempérer. Rien ne protégeait l’auditoire du vent si d’aventure, en cette fin de mois d’août, il lui prenait idée de souffler fort et de faire voler quelques partitions. Un peu plus tard, un rideau coulissant  repoussait, si besoin, les intempéries et le concert pouvait dès lors se poursuivre dans les meilleures conditions.

 

Peu à peu, le bouche à oreille répandant les nouvelles et colportant les mélodies, le cercle des initiés s’est agrandi sur le rocher de Saint-Victor. La boule de neige du charme musical roulait et entraînait avec elle de nouveaux adeptes du beau son et de l’émotion. Et ces après-concerts dans la pénombre de la cour du château rassemblaient tout ce petit monde pour prolonger un peu plus l’étrange atmosphère de bien-être parsemée de paroles de sympathie et de remerciements que les artistes et les spectateurs, s’adressaient.

 

 

Curieuse aventure que celle de ces douze musiciens fondateurs dont on sentait bien la complicité et la plénitude lorsqu’ils jouaient dans cette enceinte. Cette conque dont le toit favorise une acoustique remarquable abritait le bonheur musical de tous les protagonistes. Grâce aux coussins puis aux sièges en carton, l’habitacle devenait de plus en plus confortable. Et l’on continuait d’applaudir après chaque mouvement afin de manifester la joie prise à l’écoute sans que les interprètes ne s’offusquent de ce manque de protocole. Pour tous ceux et toutes celles qui ont participé au festival, combien d’émotions inoubliables ont-ils ressenties à l’écoute d’œuvres incontournables ou à la découverte de pièces moins connues, auxquelles ils ont été confrontés pour leur plus grand bonheur ? 

 

Au fil des années, une foule de plus en plus compacte s’est donc pressée dans ce lieu dont la magie opère toujours comme un aimant. Tous ces adeptes ne viennent pas pour acclamer un orchestre symphonique, mais une formation de chambre qui, plus intimement, avec ses instruments à cordes ou à vent ou encore son piano s’exprime devant eux sans qu’aucun geste d’harmonie, aucune émotion ne leur échappent. 

 

 

 

 

 

Comment fêter plus dignement ce bel anniversaire de BWd12 - devenu temporairement BWd19 - qu’en remplissant une nouvelle fois le vaisseau de pierre qui surplombe la Loire ?

 

Enfin, cerise sur le gâteau d’anniversaire, le  festival marquera ses noces de cristal en offrant au public un cinquième concert au mois d’octobre. En effet, le Quatuor Capriccio, dans lequel on retrouve quatre instrumentistes fidèles à Saint-Victor-sur-Loire, procurera un dessert musical aux participants en mettant son talent au service d’œuvres connues et moins connues qu’ils ont gravées sur un premier disque, qui sera à disposition de tous dès ce mois d’août. Que vive longtemps encore le festival BWd12 !