Hugues BORSARELLO (Violon)

195-16-DSC_5315

Demandez lui Ă  quand remonte son premier Ă©moi musical, il vous rĂ©pondra qu’il ne sait pas, qu’il ne s’en souvient pas… Hugues Borsarello n’est pas seulement nĂ© dans la musique, de parents musiciens, on peut dire de lui qu’il est nĂ© Ă  la musique, qu’elle l’habite depuis bien avant sa naissance, qu’elle l’a construit et façonnĂ©…

Demandez lui à quand remonte son premier émoi musical, il vous répondra qu’il ne sait pas, qu’il ne s’en souvient pas…

Hugues Borsarello n’est pas seulement né dans la musique, de parents musiciens, on peut dire de lui qu’il est né à la musique, qu’elle l’habite depuis bien avant sa naissance, qu’elle l’a construit et façonné. Il joue ainsi la partition de sa vie sans la moindre hésitation, comme une évidence et toujours en mode Majeur. Il n’a pas choisi le violon, c’est l’instrument qui s’est imposé à lui. Un beau début …

La suite s’enchaîne très rapidement: après un premier Prix au CNR de Paris, il intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il se perfectionne auprès de Patrice Fontanarosa et crée un trio en compagnie de David Saudubray (piano) et Gautier Capuçon (violoncelle), car musique et relations humaines sont toujours étroitement liées dans son parcours. Durant cette même période, il est admis au « Gustav Mahler Jugend Orchestra ». Sous la direction de Claudio Abbado ou Seiji Ozawa, il participe à des tournées en compagnie de Yuri Bashmet, Yo-Yo Ma… Cette expérience sera pour lui un tremplin vers d’autres orchestres de renom et c’est très jeune qu’il s’immerge dans le répertoire symphonique au pupitre de violon soliste ou supersoliste. Depuis 2009, il est violon solo et directeur artistique de l’orchestre de chambre La Follia.

Soliste passionné, Hugues Borsarello transmet au public, avec une émotion sincère et profonde le plaisir qu’il tire de la partition et de ses infimes et multiples facettes, comme autant de clins d’œil au compositeur. Le temps d’un concert, il ouvre à nos sens le monde mystérieux de la musique, façonnant tout naturellement les notes écrites en matière sonore. De ses débuts musicaux en famille, puis un peu plus tard aux côtés d’amis musiciens, Hugues Borsarello a gardé avec la musique de chambre des liens tout particuliers qu’il fonde sur le partage et la diversité.

Au cĂ´tĂ© de JĂ©rĂ´me Ducros, Olivier Charlier, Gautier Capuçon, Laure Favre-Kahn… il participe Ă  des festivals de renom. Il rejoint en 2009 le Quatuor Leonis dont il est le premier violon. Ce choix du quatuor Ă  cordes, formation reine de la musique de chambre, marque une nouvelle Ă©tape dans le parcours d’Hugues, dont l’énergie musicale est sans cesse renouvelĂ©e par la soif d’explorer et de dĂ©couvrir.